(Duel des régions) La face cachée de la Provence


13509_388559451327603_6062233423419387645_nAntoine Meaudre est Toulonnais et si vous passez plus de 5 minutes à parler avec lui vous le saurez forcement, il ne jure que par le rugby, amoureux du RCToulon, de la Provence, de littérature et de chanson française. En L2 cette année il peine pour trouver le temps de travailler entre deux siestes.
Photographe officiel de la Pravd’Assas, il nous peint aujourd’hui le portrait de la plus b(é)lle(u) région(g) de France, mazette.

Celle qu’on ne vous invite pas à découvrir.
Ah la Provence…
Provence chérie, adulée, courue, envahie et pourtant si méconnue ! Mais si la Provence est méconnue ce n’est en aucun cas un hasard et nous, provençaux voulons que ça le reste à tout prix. Vous êtes sûrement là devant ces lignes à vous demander pourquoi il existe une face cachée en Provence. La réponse est simple : vous, et avant vous, eux. Tous ceux qui à travers les âges sont venus pour une durée variable s’installer sur nos terres et profiter de notre soleil. Devant tant d’envahisseurs nous avons décidé de se protéger en créant cette face cachée qui nous permet d’être tranquille pendant les vacances des parisiens, enfin relativement tranquille.
En effet depuis nos ancêtres les Ligures un bon nombre de peuples sont venus se faire dorer la pilule : les grecs, les gaulois, les romains, nos voisins Teutons sont venus s’installer une première fois sur les bords de la Méditerranée ; et même les Papes sont venus couler quelques douces années en Avignon. Il y a quelques années nos voisins Teutons sont revenus avec pour chef un petit moustachu. Aujourd’hui les touristes les ont remplacés, le seul avantage c’est qu’à la fin des vacances ils repartent.
Abrutis par tant d’envahisseurs les Provençaux ont eu une idée géniale : les clichés. Ils ont inventé une série de clichés (tous faux évidemment) pour vous faire fuir. Alors pour vous nous sommes tous des voyous, nous exagérons tout le temps, toutes les filles de chez nous sont des cagoles (vous croyez vraiment qu’on va partager nos filles avec des parisiens ?). Tous les provençaux sont des menteurs, des fainéants (pour ça j’avoue, j’adore faire la sieste et puis il fait trop chaud pour faire quelque chose). Au fait on ne parle pas tous avec l’accent, on fait ça quand vous nous énervez et quand on parle du Pays.
Par contre le Pastis c’est vrai : on en met dans le biberon. C’est comme pour les Parisiens : on ne vous aime vraiment mais alors vraiment pas.
LE pire de tous les clichés est que nous sommes de mauvaise foi, c’est évidemment faux, nous sommes l’honnêteté même ! Prenez cet article comme exemple.
Mais ça n’a pas suffi… Les touristes ont continué à affluer toujours plus nombreux et toujours plus, toujours plus.
Alors les provençaux ont eu une autre idée géniale : les pièges à touristes. Alors ça c’était vraiment une pure idée : mettre en évidence des lieux qui allaient devenir des références touristiques mondiales et garder des quelques merveilles cachées pour nous. C’est ça la face cachée de la Provence. Des endroits sont donc devenus des repaires de touristes, des  endroits où j’aime à me promener mais pas pendant la période estivale. Le Castelet et ses remparts, les Calanques de Cassis, Marseille et la Ciotat, Arles et ses vestiges romains, Saint-Tropez et sa Jet-Set, les Gorges du Verdon, et j’en passe…
Tant d’endroits magnifiques sacrifiés à trop de touristes, pour un changement de photo de
couverture, pour un coup de soleil et je suis bien obligé de l’admettre des images magnifiques dans les yeux et dans le cœur.
Heureusement que nous avons encore quelques endroits pour nous ressourcer, profiter du
silence, de la garrigue et de cette odeur savoureuse si chère à la Provence. Alors continuez de vous faire photographier près de l’eau turquoise des Calanques, mais par pitié laissez-nous la Sainte Baume et la Sainte Victoire, l’abbaye du Thoronet, la barre de Cuers, les Chartreuses de Montrieux et de la Verne, nos vignobles, le mont Caume, le Coudon, le Faron et tant d’autres…
Et surtout, laissez-nous la mer qu’on puisse fuir quelques heures ou quelques jours sans croiser quelqu’un part-battages dehors, avançant au moteur, arborant souvent un drapeau breton et voguant au plus grand mépris des règles élémentaires de navigation (cette insulte envers les marins bretons vaudra une forte réprimande du comité de rédaction à l’auteur de cet article, ndlr).
Alors maintenant que vous en savez un peu plus sur cette face cachée, vous êtes cordialement invités à ne pas aller la découvrir et à nous laisser un peu tranquille. Et comme le disait Marcel Pagnol : « Ce qu’il y a de plus beau pour le bouc, c’est la chèvre », alors oui pour moi, provençal, ce qu’il y a de plus beau : c’est la Provence.
Adessias, vai caga à la vigno.

La Pravd’Assas est aussi sur Facebook :

https://www.facebook.com/lapravdassas/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s