Make America Dumb Again : Portraits des supporters de Monsieur Trump (1/4)

(Nous rappelons que les opinions de nos contributeurs n’engagent qu’eux et ne lient en aucun cas la rédaction de la Pravd’Assas, ndlr)


Par Arthur de Palézieux, nouveau rédacteur à La Pravd’Assas


Depuis le début de sa campagne, Donald J. Trump a subit les piques les plus impétueuses de tous les journalistes américains. Mais l’éthique médiatique empêche la surviolence envers ses électeurs,  quel dommage ! N’étant pas journaliste, je n’ai aucun soupçon d’éthique, je me ferai un plaisir de déroger à cette règle pour me moquer cyniquement des, selon les mots de cette chère Hillary, « deplorables ».

Le problème n’est pas qu’un potiron mutant puisse participer à la course à la Maison Blanche, mais qu’il existe des gens pour le soutenir, des dizaines et des dizaines de millions ; malgré ses vues très controversées, ses propos politiquement (très !) incorrects et sa coupe de cheveux douteuse.

On peut donc essayer de comprendre qui sont ces êtres vivants qui désirent voir Mr. Orange le doigt sur le bouton nucléaire. Je vais modestement tenter de vous dresser le portrait de certains de ses supporters-type.

(Messieurs les trumpistes, si vous savez lire, ne venez pas me péter la gueule s’il vous plait.)

 

AUJOURD’HUI : LE BEAUF DU SUD

Le beauf du Sud, qu’on surnommera Todd, porte la sale barbe, symbole de la virilité en opposition avec all those little fagots qui pullulent de plus en plus sans aucune honte. Oui Todd est homophobe bien sûr, la pire chose qu’il pourrait lui arriver serait que son fils, Todd Junior, attrape cette maladie (qu’il faudrait soigner selon lui). A part la barbe, la morphologie de Todd se distingue par son ventre proéminent et sa poitrine plus généreuse que celle de sa femme. Mais cessons le fat shaming, attaquer sur le physique est trop facile.

L’habillement de l’éphèbe est des plus discret. En addition à la casquette rouge Make America Great Again, véritable drapeau arc-en-ciel des trumpistes, le bonhomme est vêtu d’un simple short à poches et d’un T-shirt. Son short est large pour pouvoir laisser respirer ses cuisses et lui permettre de ses gratter facilement les parties génitales. Mais c’est son T-shirt qui attire tout de suite l’attention : il arbore à l’avant  « Hillary sucks, but not like Monica » et de l’autre coté « Trump that bitch » (je ne l’invente pas). Todd est très fier de son couvre-poitrail qu’il exhibe aux caméras.

Comme les apparences le montrent, notre ami est très en faveur des droits des femmes ; sans aller jusqu’au féminisme car c’est un truc de goudous (n’oublions pas l’homophobie nécessaire…). D’ailleurs, Todd laisse sa femme se rendre au salon de beauté une fois par semaine pendant qu’il regarde un match, en mari aimant et attentionné. Il expliquera à ses amis demandant pourquoi personne ne vient apporter de bières que sa compagne se fait belle pour pouvoir monter popole (no comment).

En plus de cette qualité babouviste, l’homme attentionné veut prendre soin de sa patrie, la défendre de l’envahisseur. Todd est content que Donald vienne enfin chasser les musulmans qui envahissent son beau pays. Todd affirme que s’il était à la place des réfugiés syriens, il serait resté se battre pour son pays (sans préciser que son poids l’a rendu inapte au service militaire). Il est aussi content de l’imminent mur qui permettra de se protéger de l’invasion venant du Sud, lui-même déjà garde frontière volontaire. Il conserve du reste son arme de service dans sa table de chevet dans le cas où une invasion arriverait (je vous disais qu’il était attentionné !).

Todd est aussi rassuré d’avoir son arme pour pouvoir, se défendre d’une agression perpétuée envers sa personne par un (censure du n-word). Il trouve cela par ailleurs incroyable que des gardiens de la paix puissent être jugés pour cette simple self-défense ; « même un enfant peut vous mordre » répète-t-il menaçant. Mais ne vous faites pas d’idées, l’honnête homme n’est pas raciste, il avait un ancêtre qui possédait des esclaves, donc les afro-américains font partie de sa famille depuis longtemps ; ne jugez pas en mal ce que notre homme dit !

Aujourd’hui Todd a donc peur de dire toutes ses convictions, il sent sa liberté d’expression bâillonnée. Et ce qui plait le plus à notre ami est que le choucroute-headed-man dit ce qu’il lui sort des trippes, contrairement aux autres politiciens.

Toutefois, les paroles s’envolent et les écrits restent, et ceux gravés dans la peau définissent l’essence profonde d’un homme. Todd a deux tatouages : l’un est un drapeau confédéré qui montre sa fermeté face à la batardisation de la société, mais l’autre est une petite fleur… Et oui, notre ami n’est rien d’autre qu’un babtou fragile un peu perdu en recherche de réconfort dans un populiste aux cheveux doux…

Nota Bene : Je ne veux pas par cet article faire de généralités ; en réalité, l’électorat du sieur Trump est bien plus diversifié…

Alors ne manquez pas dans les prochains jours : La femme (volontairement ?) soumise, Le mexicain xénophobe et Le musulman noir qui n’a pas tout compris !


La Pravd’Assas est aussi sur Facebook :

https://www.facebook.com/lapravdassas/

3 réflexions sur “Make America Dumb Again : Portraits des supporters de Monsieur Trump (1/4)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s