XV de France VS Samoa : ENFIN

Samedi en fin d’après midi, le XV de France s’est facilement imposé à Toulouse 52-8 contre une équipe des Samoa courageuse et physique mais définitivement dominée par une ligne de ¾ en feu.

L’avant match :

On notera tout d’abord plusieurs choix étonnants de la part du manager des Bleus, Guy Noves pour son retour à la maison.

La compo :

Au niveau du pack, le coach a délibérément fait le choix du physique face à une équipe des Samoa réputée costaude et solide sur les impacts (pour les non rugbymen, comprenez 8 gaillards de 125kg chacun en moyenne), autant mettre des beaux bébés en face pour éviter de commencer un nouveau régime vegan dès le début de la 1ère mi-temps. Deux choix majeurs ; tout d’abord le choix d’Uini Atonio (un bonhomme de 1,97m pour 145kg quand même) à la pile à la place de Rabah Slimani, la tournée réussie en Argentine semblant avoir donné des idées au patron des gros français, Yannick Bru. On notera ensuite le retour de la triplette de n°8 Gourdon-Picamoles-Goujon (que des profils de danseuses étoiles), là encore pour apporter du punch au pack français face aux quintaux samoans.

Derrière, on notera le retour direct au sein du XV de Yohan Huget, gravement blessé lors du mondial 2015 et qui formera une paire sympathique à coté du bâton de dynamite septiste Virimi Vatakawa. On peut regretter le choix du coach de ne pas aligner  Nakaitici, auteur d’un début de saison étincelant du côté du Puy de Dôme (comme quoi tout arrive…). On notera aussi les titularisations de Machenaud, Trinh-Duc et de Spedding dans le XV.

Le XV de départ : Spedding ; Huget, LameratFofanaVakatawa ; (o) Trinh-Duc, (m) Machenaud ; Gourdon, Picamoles, Goujon ; Maestri, Le Devedec ; Atonio, Guirado (cap), Poirot.

Remplaçants : Chat, Baille, Slimani, Vahaamahina, Ollivon, Serin, DoussainFickou.

Le match :

 

Première mi-temps :

Le début de première mi temps confirme les craintes de Noves, les Samoans jouant sur exclusivement le physique et n’hésitant pas à envoyer quelques cartouches à la limite de la légalité (le chouchou de ces dames, F. Trinh-Duc a sans doute dû y laisser quelques côtes durant ces 40 premières minutes). Dans l’ensemble une première mi temps agréable à regarder : 26 points inscrits, 3 encaissés, tout est dit. Mention spéciale à la ligne des ¾ qui a mis le feu dans une défense samoane souvent en détresse (pour ne pas dire à la rue) avec notamment un essai splendide de 80 m sur une relance rapide dans le camp tricolore (bah oui on peut pas courir et foutre des tubes à toute bezingue pendant 40 min).  On regrettera néanmoins quelques occasions vendangées et qui auraient dû aller à la baille. (FOFANA C’EST QUOI CETTE PASSE DANS LES CHAUSSETTES BORDEL ?!?)

Le joueur de la mi-temps : Wesley Fofana, qui a survolé la mi-temps (et le camps samoan au passage) avec des jambes de feu, on semble retrouver le Fofana qui avait mis Twickenham sur le cul il y a quelques années.

Deuxième mi-temps :

Comme en première mi-temps, l’entame est à revoir (pour ne pas dire à chier) avec un essai rapide des Samoa à la clé, Huget ayant dû laisser ses yeux au vestiaire. Si le rythme fut moins soutenu qu’en première mi-temps, (et la possession des Bleus s’en est ressentie) on ne peut que se réjouir de revoir enfin un peu de jeu en équipe de France (ENFIN). Là encore, le défi physique fut important et la casse a rapidement clairsemé les lignes du XV (le samedi c’est boucherie). On décompte ainsi les sorties de Lamerat, Gourdon, mais surtout celle de François Trinh sur fracture (avant-bras, tournée terminée, il a donc officiellement servi de stand de tir aux Samoans pendant 50 min avant de casser). Malgré cette légère baisse de régime, les Français plantent 4 essais (triplé de Vatakawa) dont 1 essai de pénalité qui récompense le travail de sape du pack devant la ligne samoane (nous aussi on sait bien nourrir les gros)

Le joueur de la mi-temps : Virimi Vatakawa, malgré une coupure rugbystique de 3 mois depuis la fin des Jeux, on voit que celui-ci conserve des qualités incroyables pour un 3/4, marque un triplé. Une évidence, tout simplement.

Bilan : Grosse performance pour le XV de France qui fait le plein de confiance avant d’affronter l’Australie et l’Everest du rugby : les All Blacks. Gros point noir néanmoins sus le prix physique de cette rencontre, qui laissera des traces, notamment chez Trinh Duc qui sera éloigné des terrains pendant de longs mois (on adresse notre pensée émue à Boudjellal et aux supporteurs toulonnais qui brûlent une effigie de Guy Noves avec leurs cierges), on ne remerciera donc pas les videurs samoans en cas de grosse branlée face aux wallabies et aux kiwis dans les prochains jours…

Rugbystiquement vôtre,

Toto


La Pravd’Assas est aussi sur Facebook :

https://www.facebook.com/lapravdassas/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s