J’AI VOTÉ FILLON ET JE SUIS DÉJÀ DÉÇU !

(Nous rappelons que les opinions de nos contributeurs n’engagent qu’eux et ne lient en aucun cas la rédaction de la Pravd’Assas, ndlr)


Voilà François Fillon en tête, à 44% qui plus est. Quelle bonne nouvelle pour moi, jeune étudiant ayant courageusement voté pour lui.

Pourtant, un jour après, j’ai perdu mon enthousiasme pour mon candidat favori. Que s’est-il passé ?

  1. Fier comme un coq d’avoir mené Fillon sur le chemin de la gloire, j’étais dès lors persuadé d’avoir fait triompher la vérité ! Puis, étant curieux de nature, j’allais flâner du côté de chez Fillon, notamment sur son site internet. — Remarquons d’ailleurs que de fr à alainjuppe2017.fr en passant par jfpoisson2016.fr (qui, plus modeste, souhaitait s’arrêter en 2016) et par sarkozy.fr, on est choqué par le manque abyssal de diversité. En haut à droite : Je donne ou Je rejoins ; puis un peu plus bas : Je m’inscris à la newsletter ; et enfin : Où trouver mon bureau de vote. Si bien que, si les programmes sont peut-être différents, leurs configurations ne le sont pas. — Revenons-en au beau site de F. Fillon. Je m’aventure alors dans son « projet» et ses « 15 mesures phares » : à mes yeux, cela ressemble plus à un mauvais remake de 2012 qu’à une alternative révolutionnaire. J’en retiens deux choses : François Fillon est (ultra-)libéral et semble ne pas se préoccuper de l’importante réforme de l’UE. Et finalement, puisque N. Sarkozy nous quitte si rapidement dans cette primaire, à qui revient le bilan (contrasté) du quinquennat ? C’est ma première déception : j’ai voté pour des idées qui n’étaient pas les miennes.
  1. J’avoue, a posteriori, que si j’ai voté pour Fillon, cela n’est nullement par adhésion. En effet, je désavoue fortement tous les soutiens de F. Fillon qui martèlent que ses électeurs loyaux sont des fillonistes J’avance même – comble de l’audace – qu’une bonne partie de son électorat a glissé la fiche à 2 euros « François Fillon» pour éviter de mettre celle de « Alain Juppé » ou celle de « Nicolas Sarkozy ». Tout le monde s’est-il précipité de voter pour Fillon pour donner une gentille claque aux deux favoris ? Ainsi, lors de mon acte citoyen et au retentissement du « a voté », je n’avais pas une idée claire concernant le programme du candidat que j’ai choisi. Soyez en certain, je ne suis pas le seul dans ce cas. Et puis, si l’on est parfaitement honnête, il semble évident que du programme d’Alain Juppé à celui de Nicolas Sarkozy, les différences sont minces et que ce n’est pas le programme de François Fillon qui vient bouleverser les lignes. C’est ma deuxième déception : j’ai voté contre deux candidats et non pour un.
  1. Électeur réjoui par cette soirée de victoire qui s’annonçait festive, je décide de passer outre les révisions de galops pour attendre et regarder les premières réactions de mon champion. Et bien j’ai été déçu, terriblement déçu ! Il faut préciser que Fillon n’avait pas la réputation d’avoir un charisme fou et le verbe d’un Cicéron, mais ces quelques minutes de discours m’ont achevé dans ma déception et m’ont endormi. Quel est cet homme ? Même A. Juppé avait bien plus la « super pêche» que notre ancien premier ministre qui semble bouder sa victoire. Décevant, Fillon distille des banalités, il « trace son sillon calmement et sérieusement », et souhaite adresser un message « d’estime » à ses concurrents. Il conclut sur sa campagne qui va « s’accélérer et s’amplifier », il parle de son programme pour la semaine et on entend quelques applaudissements timides. Pas de quoi réjouir les militants surexcités (s’il y en a) à l’idée de voir leur François monter sur le trône présidentiel. Est-ce qu’il y a des militants aussi vaillants que les #JeunesAvecJuppé ? Même avec BLM et ses 2,5% on rigole plus dans son QG de campagne étriqué. C’est ma troisième déception : j’ai voté pour un candidat qui ne semble pas spécialement prêt à recevoir une charge si importante.

Finalement j’ai accompli mon devoir citoyen et j’ai choisi un candidat par défaut —on parle aussi de « vote utile ». J’ai voté peut-être pour le moins pire au premier tour et, au second, je ferai de même, en espérant qu’une étincelle jaillira des yeux de mon candidat. Ô Démocratie !

Vienne la nuit, sonne l’heure

Les jours s’en vont, Fillon demeure

SR


La Pravd’Assas est aussi sur Facebook :

https://www.facebook.com/lapravdassas/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s