Les Républicains Assas : le nouveau BDE de la grosse déconnade



A mes chers collègues…

Le Lozérien


Le rendez-vous est donné dans un petit café populaire en haut des Champs Elysées, « en l’honneur de notre Austerlitz ». Bob, 20 ans, Président des Républicains Assas et L1 confirmé, nous attend chemise blanche ouverte, col plus haut que les oreilles et ray-bans posées nonchalamment sur le premier bouton fermé de sa chemise, un peu en-dessous de la poitrine. Bob est un petit nouveau dans la politique : il s’est engagé en 2011, alors qu’il avait 14 ans.

« Comme mon arrière-grand-père en 1914, j’ai menti sur mon âge : je me sentais mûr pour me battre pour la France ».

Bob est heureux : il voit ses adhésions grimper en flèche. « Plus rapidement que le chômage » nous glisse-t-il, fier de sa blague. « C’est l’effet rentrée politique avec Geoffroy Didier, ça nous a sûrement boosté nos adhésions ». Puis : « d’ailleurs, vous ne voulez pas nous acheter un pull s’il vous plait ? ».

Loin de nous parler des pulls « Les Républicains Assas » qui selon lui s’arrachent dans les couloirs de Vaugirard, Bob nous vend plutôt les modèles « Balladur face à la Droite molle » ou encore « Nicolas reviens #go2017 ». Un stock de vaccins contre la grippe mexicaine est aussi rapidement évoqué. Sans succès.

Notre première question est rapidement orientée vers la cohabitation avec l’UNI. Bob, droit dans ses mocassins, est très clair : « L’UNI c’est un syndicat affilié à la Droite mais apartisan. Nous nous sommes partisans mais considérés comme apolitiques. Et puis les rôles sont clairs : ils tractent bien mais perdent toutes les élections. Nous nous tractons mal, mais on gagne les élections. »

A propos des élections, quel effet la Primaire a-t-elle eu sur la ligne politique ? Bob se veut rassembleur, « comme le Général de Gaulle, qui fut à la France ce que Pasqua a été pour nous dans le 92 : un bâtisseur. » Pour lui, la Primaire a fixé une ligne claire : à Droite toute, contre le vote de Gauche pour mieux récupérer le vote du Front National.

« Je vais être clair avec vous : à la base, je soutenais Jean-François Copé, un excellent homme d’Etat, avec une campagne dynamique. Mais au soir du premier tour, je me suis rendu compte d’une évidence. Alain Juppé a été un grand homme d’Etat. J’ai été fier de faire campagne pour Alain, il a beaucoup apporté à la France. Mais François Fillon est un super grand homme d’Etat. Je suis fier de lui demander de faire campagne pour lui, il apportera super beaucoup à la France. Et puis nous sommes une équipe très ouverte. Les clivages nous unissent. » En off, il nous glisse avoir eu le contact d’un militant pro-NKM, preuve d’une grande ouverture d’esprit sur le centre-gauche.

Quel programme adopter ? Bob a sa petite idée, qu’il a d’ailleurs proposée à son député qui l’a « écouté attentivement ». Chasser les immigrés, et surtout ceux qui sont fonctionnaires. Et sur la culture ? « Vous n’avez qu’à faire votre boulot ! Vous savez, nous, les hommes politiques, nous avons une profession encore plus détestée que vous : les journalistes ! Lisez un peu le programme de Jean-Franç… euh Alain Jup… euh François Fillon enfin ! »

Bob n’est pas ce genre de type caricaturé : c’est un mec de terrain. « Je suis un peu comme Bruno dans sa jeunesse, un vrai punk ! » C’est vrai qu’avec ses copains de la Fédération de Paris, de l’Essonne et de Sciences Po, Bob se marre bien notamment lors des afterworks républicains ou lors de café politiques « passionnants ». « C’est fou comme le choc des idées entre personnes d’horizons si différents peut être productif ! »

Lorsqu’on demande à Bob quelle ambition il a pour sa Patrie, Bob n’hésite jamais à proposer le don de sa personne à la France. En privé, Bob nous avoue avoir un plan génial.

« Je suis actuellement en contact avec un homme de réseau. C’est l’ancien président des Jeunes Républicains : il a cinquante ans et est en position éligible au prochaines régionales de 2021 en Bretagne… » nous souffle-t-il. « Je l’ai convaincu de m’aider à me recaser dans un ministère, je pense dans le cabinet de l’Intérieur après 2017… »

Mais Bob voit plus loin : il affirme que le maire du XVI arrondissement le connait « personnellement » et lui a dit « qu’il fallait plus de jeunes » comme lui. Bob tracte sans relâche le dimanche. Un jour prochain, il sera conseiller municipal. Le début d’un long triomphe jusqu’à l’Elysée…


La Pravd’Assas est aussi sur Facebook :

https://www.facebook.com/lapravdassas/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s