Comment être un spectateur heureux au théâtre ?

Voici une éternelle question, elle ne trouvera aucune réponse absolue mais un cheminement qui amène, celui qui se la pose, à plus apprécier cette étrange chose : le théâtre. Voici quelques pistes qui pourront être complétées plus tard.

Le premier conseil serait : soyez un enfant.Regardez un enfant au théâtre. On les pense dissipés, ennuyés, endormis ; ils sont en réalité avides de l’étrange moment qui prend vie devant eux. Imaginez : des costumes extraordinaires, des maquillages aberrants, des voix imposantes, n’est-ce pas merveilleux ? N’avez-vous jamais entendu, dans le silence attentif des salles, un petit être soupirer un « oh » à l’apparition d’un personnage ?Les enfants au théâtre paraissent vivre un moment hors du commun, et ils ont sûrement raison car une pièce n’a rien de commun. Ils s’émerveillent, ils rient, ils pleurent, ils sont des spectateurs heureux.

Le deuxième serait : ne réfléchissez pas trop.Il y aura toujours des gens pour tout intellectualiser, pour dresser un comparatif entre une pièce et un régime totalitaire, une cause grandiose, une raison sociale. Ce n’est pas forcément faux, mais cette intellectualisation est un mouvement accessoire du principal : montrer.Généralement le but du théâtre, comme souvent dans la matière artistique, est de montrer le beau. Pourquoi ? Parce que le beau est transcendant et universel, et de là tout peut exister : l’émotion, la révolte, le contraste, les ténèbres, la splendeur ; le beau c’est mieux que la cocaïne, et moins cher, mais tout aussi dangereux.

Le troisième serait : soyez indulgent avec vous-même.Souvent, notamment car on a payé sa place, on cherche à tout comprendre. Ainsi ne vous-êtes vous jamais senti frustré de ne pas rire à une blague ? Mais nous avons tort, il est impossible d’écouter une pièce en entier. On peut entendre des metteurs en scène envisager des instants comme des transitions, une transition d’écoute. Souvent ces moments sont sans grande importance pour l’histoire, mais ils ont un intérêt autre, ces scènes offrent un petit repos dans le fil dramatique. Profitez de ces moments particuliers, posez-vous confortablement dans votre siège et écoutez de loin, regardez les décors, admirez votre voisin, appréciez le moment. Ne soyez pas dur avec vous-même : le spectateur parfait n’existe pas.

Ces conseils sont un mouvement, ils en existent d’autres et il n’appartient qu’à vous d’être le spectateur que vous souhaitez. Seulement, le tout doit tendre vers une idée : comment apprécier le théâtre !

Oh, j’oubliais, pas besoin d’être un esprit éminemment cultivé pour être un spectateur heureux. Pendant que Rabelais s’amusait à discourir sur la scatophilie, Ruzzante a écrit une pièce où tout se finit en partouze, et pas besoin de grande culture pour apprécier ce moment.

Georges

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s