Nous avons recontré the NOISE Assas

Interview NOISE

Nous avons rencontré deux étudiants en éco-gestion, Sébastien et Louis, qui co-fondent the NOISE Assas. Portrait de cette asso qui propose un chemin différent.

Qu’est-ce que le NOISE ?

Louis : Le NOISE signifie le Nouvel Observatoire de l’Innovation Sociale et Environnemental. C’est une asso qui cherche à sensibiliser les étudiants aux valeurs de l’économie sociale et solidaire, et de l’économie positive, pour les rendre acteurs du changement à leur échelle. Il s’agit d’entreprendre et d’innover sans impacter l’environnement négativement, sans créer des laissés pour compte.

« Envie de créer un autre chemin »

Qui l’a créé, quand et comment ?

Louis : Cette idée est née à l’ESCP, une grande école de commerce, en 2011. L’idée est partie de cinq étudiants, dont Rebecca Sfedj, qui travaille à Coexister, mais aussi avec Tedx. Ils ont fondé le NOISE à l’ESCP, et l’année suivante elle a exporté à Dauphine. Ces étudiants avaient fait une prépa puis réussi à intégrer cette école. Mais ils trouvaient ce parcours trop classique, trop conforme à ce qu’on leur avait répété. Ils ont eu envie de créer un autre chemin, tracer quelque chose de différent, et ont décidé de créer une école dans l’école, pour partager des idées différentes.

Comment l’avez-vous découvert ?

Sébastian : J’ai rencontré par hasard Rebecca au forum Génération changement, en mai dernier, qui met en relation les étudiants et des possibilités de stage et de travail dans des entreprises qui ont les mêmes idées et objectifs. Nous avons discuté dans un espace de networking, puis nous avons échangé des mails avec les développeurs du NOISE. Ensuite j’en ai parlé à Louis, et il s’est branché au projet.

« Faire sortir l’écologie du papier »

Où retrouve-t-on ces principes ?

Sébastian : On les retrouve dans les pensées de nombreuses personnes du secteur privé ou public, comme Jacques Attali, Bruno Le Maire, Jean-Paul Agon ou encore Anne Hidalgo. Ils ont d’ailleurs tous participé au Global Positive Forum, fondé par Attali, en septembre dernier. Il fait suite à un appel lancé le 6 juillet 2017 à la société civile et aux entreprises pour participer à un débat international et partager leurs idées et projets, pour faire sortir l’écologie du papier, donner des idées concrètes. C’est Emmanuel Macron, en tant que Président de la République, qui a l’présidé. Et dans ce forum, Rebecca Sfedj faisait partie des premiers intervenants. D’ailleurs, il y aura certainement un autre forum en réponse à tous ces débats.

Louis : Des pays aussi partagent ces idées, et les appliquent dans certains domaines, de façon poussée. Par exemple le Costa Rica, qui veut sortir de l’usage unique du plastique à l’horizon 2021. Le plastique sera systématiquement recyclé et réutilisé, pour éviter tout le gaspillage. Ce problème est aussi traité par des personnes privées. Boyan Slat a monté le projet Ocean Cleanup, pour nettoyer l’océan, surtout la zone dans le Pacifique où avec les courants une île immense entièrement constituée de plastique s’est créée. Il passe avec un bateau spécialement conçu et ramasse le plastique, avant de le recycler.

« Une réelle volonté apolitique »

Ce n’est donc pas un mouvement politique ?

Louis : Non, dès le départ le NOISE a eu une réelle volonté apolitique, car l’écologie a été politisée et ils voulaient en sortir. Ils ont eu envie de montrer que c’est au-delà de la politique. C’est pourquoi la fondation et les branches sont apolitiques.

Où le NOISE est-il déjà implanté ?

Sébastian : Dans huit universités et écoles. Mais aussi dans le monde professionnel, grâce au programme EKKO, qui met en relation des membres et des entreprises pour développer des projets en accord avec les idées d’économie durable. Dans le monde associatif, ASHOKA est la première association de la sphère sociale et économique, et elle fait partie des partenaires du NOISE, tout comme le Crédit Agricole par exemple.

Comment les branches du NOISE appliquent-elles ces idées ?

Louis : Elles suivent toutes ce schéma : raconter – amplifier – inventer. Raconter avec des conférences, pratiquer le journalisme d’impact, où on peut proposer des solutions concrètes, débattre. Amplifier pour relayer, propager des concepts qui existent déjà, avec des ateliers Do It Yourself, des MOOC, pour inciter les personnes à faire autrement, de façon plus responsable. Enfin inventer en laissant libre court à l’imagination. C’est la façon de faire du NOISE, lorsque quelqu’un a une idée, l’asso l’aide à la mettre en place.

« S’instruire ensemble »

Qu’est-ce qui vous a donné envie de créer une branche du NOISE à Assas ?

Sébastian : J’avais envie de reprendre l’idée d’avoir une alternative sur « Qu’est-ce que réussir », ce que l’on nous a répété. Je me suis senti identifié à leurs idées. J’aime l’idée d’un espace d’interaction, de s’instruire ensemble, avec Assas, pour construire un réseau intellectuel et professionnel. La vie associative est très importante, et je veux des objectifs ambitieux pour la société.

Louis : J’avais envie d’être avec une bande de potes qui a un projet qui mêle l’utile à l’agréable, avec des valeurs qui me tiennent à cœur, et d’utiliser mon énergie pour une belle cause. Et au Global Positive Forum, je me suis rendu compte que ce potentiel était sous-exploité à Assas.

Avez-vous une action prévue prochainement ?

Sébastian : Oui, le 11 décembre, en collaboration avec Assas Environnement, nous récupérerons les invendus des supermarchés, surtout les légumes, pour confectionner une soupe. Cette soupe sera distribuée par Carit’Assas aux SDF.

Comment peut-on vous contacter si l’on est intéressé par l’association ?

Vous pouvez nous envoyer un message par Facebook, à Louis Couteller ou Sébastian Tovar. Ou alors par mail : noise-assas@gmail.com.

Pour en apprendre plus sur le NOISE, consultez leur site ici !

Juliette B-J

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s