Chronique d’une corse à paris : petit réquisitoire au peuple parisien

Déracinée, perdue, outrée, épuisée, c’est avec mes forces restantes que j’écris cette chronique. Lorsque vous en aurez achevé la lecture je ne suis pas sûre d’être encore des vôtres. On m’avait dit Paris est magique ; ce n’est pas le sentiment qui m’agite.

Ainsi poussée par un élan patriotique, je me dois de remettre en question ces us et coutumes que je viens de découvrir et qui me laissent perplexe.

A l’instar des dix commandements, je m’attacherai à t’éduquer, pour que jamais plus tu ne fasses le vil raccourci : Corse = bombe agricole. Vérifie néanmoins le verso de cette feuille, il se pourrait qu’elle soit piégée.
Oui, tu as bien lu le terme de commandement parce que Dieu était Corse et Moïse venait de mon village. Il a même séparé la mer pour que je puisse pénétrer cette péninsule dénommée « France », dans laquelle je viens en amie.

 

À nous aborder tu apprendras.
Les corses sont les plus belles femmes du monde. Un coup d’œil à nos comptes Instagram devrait suffire à t’en convaincre. Donc si entre nous le courant est passé, ta pinte à deux francs cinquante tu peux te la garder. En effet je viens d’un peuple qui n’a pas inventé l’alcool, certes, mais qui sait le déguster.

La charrue avant les bœufs tu ne mettras point.
Pourquoi boire avant d’aller en boîte ? Est-ce que je me repose avant d’aller dormir ? Est-ce que je lave mes couverts avant de les mettre au lave-vaisselle? Est- ce que je mange avant d’aller au resto? Vous mettez la charrue avant les bœufs qui sont à la peine. Ces pauvres bêtes qui comptaient sur votre générosité sont mortes de faim comme les L1 au week-end d’inté.

Du temple de la mal bouffe tu te tiendras éloigné.
Dans le Panthéon de la mondialisation, le dieu de mon île n’a pas droit de cité…un peu de
compassion pour des insulaires devant franchir la mer pour un malheureux mcdo.

Correctement tu te nourriras.
Bien curieuse habitude de passer d’un grec trois viandes sans saveur à une salade de quinoa sans valeur. Avec une salade, chez nous vous disposeriez du cochon entier et de la préparation du lonzu en prime.

Économiser ton argent tu devras.
Les parisiens n’ont jamais d’argent. En revanche, ils fument 1 paquet de Malboro Gold par jour et sortent 4 fois par semaine dans des bars où ils payent 8 euros la pinte. Cela te permettra d’inviter tes amis au bar, spécialité parisienne.

Changer de vocabulaire tu devras.
« Wallah la meuf à Nico c’est vraiment une tepu la vie d’ma mère ». La réforme Blanquer de l’école primaire est peut-être finalement une bonne idée.

De ta petite monnaie tu te débarrasseras.
Le serveur de ton café habituel te remerciera. Après la Libération en 45, la libération sexuelle des 2000, il faudrait instiguer la libération des poches. Elles croulent sous le poids de tes centimes.

Correctement tu t’habilleras.
Appelle un chat un chat. Une soirée où tout le monde est habillé comme dans la journée est juste une occasion de se saouler. Paris capitale de la mode devrait se refaire une beauté.

Le Dieu Corse est allé faire la sieste après le 8ème commandement. Dommage. Mais rappelle-toi, un corse ne mord pas (toujours).

Camille Germain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s