Lennon Stella : l’éclosion d’une enfant de la country

Malgré les giboulées de mars, le soleil se remet à briller sur la capitale, les oiseaux chantonnent avant même que vous ne soyez levés et lorsque vous sortez du métro pour vous rendre à votre TD à 7h45, il fait jour : vous l’avez compris, le printemps est à portée de main. Quelle joie de pouvoir déjeuner sur les pelouses bondées du Luxembourg (n’oubliez pas, c’est interdit, les gardiens se feront un plaisir de vous le rappeler) ou encore de bronzer sur sa terrasse parisienne (plus vraisemblablement, par la fenêtre de la BU). Mais voilà, vous y êtes, assis confortablement, vous fermez les yeux, vous rêvez de vous détendre avec un petit peu de musique après avoir terminé votre TD … et vous paniquez. Qu’allez-vous bien pouvoir écouter ? Qu’est-ce que vous n’avez pas déjà repassé en boucle encore et encore durant vos vacances au ski ?

La Pravd’Assas se propose encore une fois de vous aider en vous offrant la douce voix et les accords mélancoliques de Lennon Stella afin de reposer votre esprit fatigué.

Telle une fleur en pleine éclosion, la jeune femme entame une carrière musicale solo après six ans passés sur le tournage de la série Nashville. Découvertes en 2011, Lennon et sa petite sœur Maisy sont choisies pour incarner deux rôles secondaires dans la série américaine. Filles d’une star de la country, les deux jeunes filles ont l’occasion de développer leurs voix et leurs talents d’écriture jusqu’à la fin de la série en juin 2018 et tiennent en parallèle une chaîne YouTube, lennonandmaisy, sur laquelle elles postent des  reprises de façon régulière.

Après six ans de reprises et tournées avec le casting de la série, Lennon Stella s’est donc lancée dans l’écriture et la composition de ses propres chansons : elle sort en juillet 2018 son premier morceau, Bad, aux accents pop et vintage à la fois qui charment aussitôt les fans de Nashville. Prouvant qu’elle sait diversifier son écriture, la jeune femme publie dès le mois d’août un second morceau, Like Everybody Else, qui met en valeur sa voix apaisante et annonce la couleur : elle compte s’imposer sur la scène musicale américaine avec son propre style, mix de pop, de folk et de country.

Son premier EP « Love, me » paru en novembre 2018 confirme ce que pensaient tous ses fans : la canadienne a su conserver son empreinte tout en se détachant des morceaux interprétés dans Nashville. Les textes sont travaillés, sa voix nous hante jusqu’à ce que l’on s’endorme et les morceaux ne sont pas dégoulinants de mélancolie : Breakaway, Fortress et Feelings laissent transparaître un ressentiment lancinant là où Bad, qui parle pourtant de la première personne lui ayant brisé le cœur, aurait tendance à mettre de bonne humeur.

Même si ses collaborations peuvent être critiquées, à l’instar de Polaroid, produit avec Liam Payne et Jonas Blue, ou encore la première partie de la tournée des Chainsmokers qu’elle partage avec les 5 Seconds of Summer, la jeune femme n’en perd pas moins son naturel en interview. Elle continue à diffuser des versions acoustiques telles celle de La Di Da, envoûtante et est sur le point de sortir un nouveau single, « Bitch », ce vendredi 15 mars.

Alors abandonnez vos fiches de TD, rendez vous tranquillement au Luxembourg, asseyez-vous sur l’une de ces chaînes inconfortables en plein soleil, fermez les yeux et lancez sa chaîne YouTube. Si vous vous endormez un instant, ne culpabilisez pas : laissez la magie de la musique opérer et dîtes nous merci.

Juliette Devillers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s