Vérités vraies sur les secrets de montages des élections étudiantes et aide à personne en danger.

(Nous rappelons que les opinions de nos contributeurs n’engagent qu’eux et ne lient en aucun cas la rédaction de la Pravd’Assas, ndlr)

Chère Pravd’a,

En cette veille d’élections étudiantes, j’aimerais te faire part de mon désarroi. Le débat fait rage, les positions s’affrontent et les syndicats étudiants sont tous aussi pertinents les uns que les autres : que faire chère Pravd’a ? Je tremble à l’idée de ne pas glisser dans l’urne le bon bulletin le jour J. J’attends tes conseils.

Cher lecteur,

Le comité de salut public du journal s’est réuni et nous avons décidé de vous livrer l’analyse de nos consultants en matière politique. Référez-vous aux tracts des syndicats.

L’UNI s’arme d’un tract annonçant sa couleur et l’étendue de son spectre politique : un bleu roi qui tire vers le bleu marine. Suivez des yeux l’opération séduction de la Cocarde (cf. Fin de l’article). Le syndicat nous rappelle, d’abord, tel le bon père de famille, le principe d’une élection. Vous noterez ici un sens de la pédagogie vous prenant par la main. Leurs valeurs : « l’excellence, le mérite, la professionnalisation des diplômes et la liberté d’étudier ». Ne vous laissez pas berner, il s’agit bien du système méritocratique français ressuscité ici, bien loin des sciences socialistes travestissant la réalité des hiérarchies sociales. Au-delà des valeurs, l’UNI n’hésite pas à se substituer aux mesures sanitaires et à proposer le retour des étudiants en cours. Il ne vous aura pas échappé, l’intervention de leur représentant lors du débat rapprochant le COVID de la grippe. L’on ne doutera pas de l’ambition de notre syndicat. Il faudra également la proposition de privatisation de l’administration au profit des étudiants. Lisez entre les lignes, la privatisation est la solution au problème des délais administratifs lors d’une pandémie. Nous ne pourrons nous empêcher d’être dubitatif à l’égard de la proposition de la refonte du calendrier universitaire : serait-ce une mesure démagogique d’introduction des vacances de février pour enfin nous permettre d’aller au ski ? Non, l’UNI refuse le compromis. Ici, plus de verbe conjugué : « Opposition à l’écriture inclusive ». La sentence tombe et résonne comme un coup d’arrêt à la révolution progressiste en marche dont le spectre plane sur la faculté. Les mots d’ordre de notre syndicat en lice : la liberté d’enseignement et la lutte contre la censure. Ici encore, les lobbys d’extrême gauche tirant les ficelles de l’enseignement de notre maison sont visés- vous les verrez stigmatisés à l’occasion, dans le tract de la Cocarde. L’UNI ne renonce pas pour autant aux engagements pris en otage par la gauche et s’engage pour l’écologie ou le « campus vert ». Nous citerons ici une mesure emblématique : la climatisation et le chauffage des amphithéâtres. Sur ce, vous ne serez jamais mieux servi que par vous-même pour juger de la qualité de l’Union Nationale Interuniversitaire.

L’UDDA est le syndicat des doubles diplômes. Si nous pouvons soulevez quelques doutes quant à leur intention de défendre l’intérêt général des étudiants, il s’agira de noter la bonne volonté dont ils font preuve en proposant un lot de mesures concrètes concernant l’ensemble de l’université. La coloration politique est ici dure à établir : de gauche ? De droite ? Ils ne semblent pas avoir tranché, mais ils sont contre la précarisation des vacataires, et pour le renforcement de la cellule de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. On sent un point d’achoppement avec l’écriture inclusive et la privatisation. Suivez vos émotions cher lecteur.

La Corpo a misé sur la quantité. N’hésitez pas à lire leur tract jusqu’à la fin. Vous y décèlerez beaucoup de concret, et la répétition de certaines propositions (attention, ce sont bien les mêmes propositions : le message n’en est que plus percutant). Si la Corpo a choisi la neutralité de l’association caritative, elle ose tout de même quelques interventions sur la précarité étudiante et un plaidoyer en faveur de la solidarité étudiante. L’ambition du syndicat se matérialise alors en fin de programme : la mise en place de panneaux photovoltaïques sur le toit de l’université. Un choix de programme bien audacieux dans une université qui semble avoir fait son choix quant aux installations tournées vers le ciel.

Viens le cas de Ismihan.Aslipak. Que dire cher lecteur ? Vous êtes fébrile : une liste uninominale. Vous avez le goût du paradoxe, de la dialectique, pourtant vous restez sceptique. Deux propositions sont à relever : une vente de roses pour la Saint Valentin et un club théâtre.  Nous vous laisserons ici le choix des analyses face à l’alliance des termes de « charlatans » puis de « sources fiables » pour désigner alternativement les adversaires d’Ismihan.Aslipak et sa propre liste.

La liste des doctorants : elle existe.

« Meme Your Assas » a créé la surprise. Qui sont-ils ? Que font-ils ? Où sont-ils ? Propriétaire de la page étudiante le plus lue d’Assas, cet organe de diffusion d’information s’engage désormais en politique. Les sources sont alors plus variées que pour les autres syndicats puisqu’ils ont communiqué via leur canal privé suivi par une communauté assidue. Entre humour surtout et revendication politique un peu moins, vous trouverez votre chemin.

Assas.net, une association étudiante au sommet de la hiérarchie alimentaire. Oui, cher lecteur, comme nous, vous avez rêvé un jour de rejoindre leur rang mais trop petit, trop jeune, trop timide, votre heure n’avait pas sonné. Aujourd’hui, tout peut changer : le syndicat vous propose humblement “quelques mesures” déclinées ensuite. Ici, c’est l’avalanche, les mesures concrètes se multiplient. Si le programme semble plus convaincant que leur homologue corporatiste, il vous reste une hésitation : quid de leur site internet ? Une lueur d’espoir avant chaque examen s’éveille en vous, , lorsque vous apercevez l’ensemble des cours disponibles online. Un clic, rien de se passe et tout s’effondre, la perspective de la validation s’éloigne. Le site ne marche pas. Selon nos sources sûres, ce problème technique serait en cours de réparation. D’un point de vue politique, nous nous interrogeons : le bord n’est pas tranché et le bleu est dégradé.

« Assas in progress » : mais qu’est-ce ? L’invasion américaine arrivant d’outre-Atlantique ? Non, cher lecteur, derrière la modernité de l’intitulé de la liste se cache l’alliance de l’ancien monde et du nouveau. Résultat d’une soirée un peu trop arrosée, la liste est née de l’accouplement d’un féminisme extraverti et de cette bonne vieille UNEF. Vous pensiez que les rangs si masculins de l’UNEF étaient en contradiction avec le progress – point du tout. Cette véritable union de gauche assumée vous redonne espoir dans l’avenir du socialisme français. La liste n’hésite pas à s’engager au côté des minorités : « sauvez Melun ». Le message est impératif. C’est un cri d’alerte à la sauvegarde d’une culture en voie de disparition. Si vous êtes Melunais cher lecteur, voire de gauche, nous vous conseillerons cette alliance au sommet. Ici, remuent les syndicats de droite contre la « censure », la liste du progress ose « la justice sociale », la lutte contre les discriminations et contre la précarisation de la recherche. Autant dire que la Cocarde suffoque déjà.

« L’Alliance » s’est formée. Qui sont-ils ? 700. Si les autres syndicats misaient sur la quantité des mesures, notre syndicat mise sur son nombre. 700 c’est le nombre de personnes qui sont exceptionnellement venues à la fête traditionnelle du hameau de Molières. L’Alliance ne fait cependant pas de clin d’œil à la mort des villages français mais affirme sa vitalité et mise sur la diversité (une trentaine d’association tout de même, ce n’est pas rien). D’un point de vue politique, la situation est encore une fois difficile à trancher. Elle reconnaît sans hésitation l’exigence d’un LLM sans poser la question de son coût financier mais évoque la situation peu valorisée des non-juristes (NDTr équivalent des non-blancs version académique). Vous êtes politiste, économiste, étudiant en communication, étudiant divers, vous saurez glissez le bon bulletin dans l’urne.

Nous devons ici vous mettre en garde, il s’agit du cas de la Cocarde. Seul syndicat dont le programme ne dépasse pas une page, la simplicité de leur programme pourrait vous étonner. Les mots sont pourtant très éloquents : « le prestige », « la valeur », « une conduite responsable », « une faculté d’excellence », « présentiel ». Attention, malgré les apparences, leur liste est bien différente de celle de l’UNI. Ils feraient tout d’abord preuve d’une légitimité d’action : ils ont « empêché un blocage tenté par des militants d’extrême-gauche ». Vous découvrez comme nous : le péril rouge à Assas ? Derrière les redingotes, les chemises blanches et les jupes plissées se cacheraient des chiens des communistes. Non – pas dans notre université – vous prenez peur cher lecteur. En effet, la situation d’hystérie covidique aurait provoqué une forme d’anarchie au sein de notre maison. Deux remarques sont à ajouter ici. Premièrement, une fleur inattendue est tout de même faite à la gauche assassienne fantomatique. N’en doutez plus, ils ont la capacité de bloquer l’université. Deuxièmement, l’utilisation du terme d’hystérie est un marqueur politique. Nous oserons vous rappeler, malgré votre excellente culture, l’étymologie utérine du terme d’hystérie – loin de l’écriture inclusive donc. Nous nous permettons cette petite analyse littéraire en appui à la conclusion de leur programme mettant en garde contre les sciences socialistes emprisonnant les jeunes esprits de Tolbiac, Nanterre et Saint Denis. Ce n’est pas l’enfermement dans la pensée néo-libérale qui est visé mais bien la base de la révolution prolétarienne bientôt en mouvement. Les “dérives idéologiques” sont donc aux portes de notre université, leurs spectres planeront bientôt les salles de TD de droit des affaires. Prenez garde cher lecteur ! L’heure est grave et le goulag est proche. Lundi prochain, vous devrez donc choisir laquelle de ces listes déterminera l’avenir de votre cursus universitaire. Ce bulletin sera déterminant. Ne vous trompez-pas ou vous risqueriez de le regretter très fort.

Antoine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s