Guide pour Valentin pas vraiment saint

La Saint Valentin, fléau de l’humanité depuis l’Antiquité.

Alors que la Saint-Valentin approche à grands pas, les plus parcimonieux installent un climat de froissement une semaine à l’avance pour se débarrasser d’un plan cul – sangsue avant le jour V, tandis que les plus désespérés enchaînent les heures sup sur Tinder, Bumble et autres machines à esseulement.   

Chaque année, Saint-Valentin rime avec anxiété pour de nombreuses personnes, qu’elles soient célibataires ou en couple. Aujourd’hui, le 14 février est devenu un véritable « Hallmark Holiday », expression américaine désignant les fêtes qui ne renvoient à aucun événement marquant et qui ont pour seul but de pousser à la consommation. Pourtant les origines de cette fête sont drolatiques et pour le moins ardentes. 

Bien que la Saint-Valentin partage son nom avec un saint chrétien martyrisé, certains historiens pensent que la fête serait en réalité une émanation du festival romain des Lupercales.

En Rome Antique, chaque année, à la date du 15 février, Les Luperques, ordre de prêtres composé des jeunes gens de familles illustres de Rome se retrouvent sur les flancs du mont Palatin. Ils y sacrifient une chèvre, pour ensuite découper sa peau en lanières, se vêtir (mais pas trop) d’une partie des lanières et fouetter tous ceux qui avaient la chance de croiser leur chemin avec celles restantes. Sexy, non? Attendez de lire les origines de cette célébration avant de faire un tour aux toilettes, haut-le-cœur garanti.

Étiologiquement, les origines du festival des Lupercales remonteraient au rapt des Sabines par Romulus. Lorsque les romains s’aperçurent que les femmes qu’ils avaient enlevé dans le but précis de procréer étaient stériles, une voix divine leur suggéra de faire pénétrer les femmes par un bouc. Un devin éclairé eut une lecture plus clémente de ce conseil et fit découper des lanières de peau de bouc afin que l’on fouette les Sabines ravies (dans tous les sens du terme) avec, qui par la suite devinrent des épouses fertiles. C’est donc dans une visée de propagation de la fécondité que les romains se mirent à répéter ce rituel chaque année. 

Si aujourd’hui, la Saint Valentin a reculé d’un jour et a pris des apparences plus chastes, c’est surtout dû à l’Eglise catholique qui a combattu avec véhémence cette orgie païenne. Néanmoins ne laissez pas les apparences vous tromper, la Saint Valentin reste toujours très axée sur la poursuite et la morsure du fruit interdit. 

Toujours est-il que vous allez sûrement déprimer en regardant une énième story Instagram d’Eustache déclarant sa flamme à sa tendre Victorine par des symboles d’amour plus kitsch les uns que les autres. N’oubliez pas qu’une fois votre période d’apitoiement sur votre sort passée vous pourrez toujours vous consoler avec les chocolats soldés à partir du 15 février.

Par bonté d’âme et par compassion avec les étudiants d’Assas qu’elle sait très touchés par la précarité, l’auteure a souhaité offrir son top cinq des meilleures excuses qui vous permettront de passer une Saint-Valentin aussi torride que bohème. 

Top 5 des excuses pour ne rien dépenser lors de la Saint Valentin

  1. « Je préfère éviter de contribuer à la hausse de la demande lors d’une fête ultra-commercialisée » 

Laissez les roses hors de prix à Charles-Hugues le pigeon et offrez plutôt une rose en origami à votre douce, ça lui rappellera l’école primaire et elle n’en sera que plus amoureuse. Effet nostalgie garanti. Seul bémol, ça vous donne un petit côté gaucho, pas ouf pour séduire. Pour pallier cet effet socialisant, n’oubliez pas de vous doucher avant de voir votre bien-aimée. 

  1. « Je n’ai pas trouvé de cadeau qui soit digne de toi » 

Technique de crevard, mais crevard romantique. Possibilité de recyclage pour tout type d’occasions nécessitant l’achat d’un cadeau. 

  1. « Notre amour est si spécial que je ne veux pas lui consacrer une seule journée, toute mon année est passée à te célébrer » 

Rapport bénéfice/risque raisonnable, si ça fonctionne vous serez exempté de Saint Valentin jusqu’à la fin de votre relation.

  1. « Tu es une femme beaucoup trop intelligente pour que je puisse tenter te séduire avec des fleurs ou un cadeau » 

Surtout recommandé pour les copines adeptes du socialo-féminisme.

  1. « Le plus beau cadeau que je puisse t’offrir est mon amour » 

Un romantisme kitsch mais pouvant marcher. 

Le conseil de la Rédaction : ne surtout pas tromper votre partenaire après cette disquette datant de 1789

Neslihan A.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s